top of page

MÉTIERS D'ART  &  SAVOIR-FAIRE
       

                          tsuzure-ori

L'atelier du tisserand Nishijin de troisième génération, Kikuo Hirano

Soshi Tsuzureen, Kyoto, Japon

Heidi Jean Feldman_edited.jpg

Selon Kikuo Hirano, tout commence par le respect de la nature et les matériaux utilisés

Selon Kikuo, la nature est une puissante source d’inspiration pour

le choix du sujet, ainsi que des peintures. 

Kikuo trace à la main une image d'inspiration

 

Il délimite les zones de tons de couleurs sur le dessin, ce qui est nécessaire à la sélection précise des fils de soie.

Agissant comme un guide visuel, ce dessin est fixée sous la warp. 

Heidi Jean Feldman_edited.jpg

Kikuo atteint une profondeur de couleur et une tridimensionnalité plus riches grâce à une technique clé, le bokashi

La choix des fils de soie est soigneusement sélectionnée

bokashi

Les tisserands Nishijin liment des rainures dans leurs ongles afin de pouvoir ratisser les fils horizontaux sur un métier à tisser, actionnés par leurs mains et leurs pieds.

Ses mains fines et puissantes, 

la comprehension des yeux remplacé par la memoire du geste et un véritable savoir. 

Au cours d'une carrière de 40 ans chez Kawashima Textiles, Kikuo Hirano s'est adapté aux nouvelles innovations à travers divers projets à grande échelle.

Un projet de tissage de 3x4 mètres ont nécessité 4 ans de travail. Ce dévouement et cette persévérance à long terme envers un métier sont ce qui fait de Kikuo une œuvre d'art.

Soshi Tsuzureen a été fondée en tant qu'école et atelier.

L'objectif de Kikuo est de préserver et de transmettre les merveilles du véritable tissage à la main aux générations futures, en s’adaptant aux besoins changeants des clients. 

Avec une gentillesse inégalée et un esprit ouvert, Kikuo élimine toute barrière culturelle ou linguistique au métier à tisser.

 

Tout est tissée par le sentiment. 

C'est tout autant une façon de vivre. 

bottom of page